Skip to main content

La Farniente du poisson grillé | Tonsai, Ralley et Koh Lanta

Le sud de la Thailande reçoit des millions de visiteurs par an, venant pour ses plages, son climat tropical et ses îles coralliennes. Partant pour une destination plus fraiche par la suite, on a décidé de s’offrir un peu de douceur et un bain de soleil avant les montagnes.

De Bankghok, on passe la nuit dans un vieux train couchette vacillant, digne de l’orient express assez mémorable. Arrivée à Krabi, bien au sud, je me trouve un aller simple pour Ralley beach sur ces bateaux de pêche « long-tail » traditionnels, que l’on aperçoit partout dans la région. Encadré à l’est par le golfe de Siam et à l’ouest par la mer d’Andaman, le sud de la Thailande est une longue péninsule connectant avec la Malaisie.
Alors que Nancy part jouer avec les poissons, de mon cotes je vai jouer au poisson grillé vers les pitons calcaires de Ralay avec pour programme: baignade, repos et rien d’autre.

Ce dernier n’est pas une île mais une presqu’île sans accès routier, réputée pour ses falaises calcites plongeantes dans la mer, et pour ses spots d’escalade à pic.

Sur place, je ressent tout de suite la masse touristique du sud de la Thailande dans le ravalement des plage par les ressorts et hôtels de luxe. Le manque de place ne semble effrayer les promoteurs, et déjà les complexes rongent la jungle. Bon, je passe mon chemin de ce coin bien trop huppé et cher pour moi et je trouve un petit passage par marrai basse pour rejoindre la bai suivante, une centaine de mètres plus loin.

thailand-tonsai-ralley-beach-koh-lanta-2

De l’autre bord, c’est un autre monde où ambiance reggae, huttes de pailles et bambou, et surtout jungle originelle foisonnent. Bref, un lieu bien plus adapté à mes envies de prélassement gastonien (et là je parle de son aptitude à prendre son temps et non à sa maladresse bien sûr).

Plus loin au cœur de la jungle, une hutte des plus sommaire adossée à la montagne convient à ma bourse. Elle est équipée en tout et pour tout d’une sorte de matela, d’une moustiquaire, d’une lumière et d’un fil à étendre sur son petit balcon. Parfait !

La bai de Tonsai est grandiose, ses eaux peignant des nuages de nuances bleutées turquoises. Contrairement à sa voisine bétonnée il règne une authenticité d’île sauvage sur cette baie, à tel point que je tomberai en pleins sur le tournage d’un film allemand se déroulant sur une île déserte!
J’y passe plusieurs jours de ressourcement en mode lézard, comme une pause au ralentit dans ce voyage hors du temps. La vie se vie, entre lecture trempère et plages; je fais quelques rencontres, bois quelques bières autour d’un Jenga, m’évade dans la jungle et y mange le meilleur gigantesque burger végétarien du voyage ! Le reste du temps, je resterai contemplatif face à ces maîtres de l’escalade, défiant la gravité et marchant à l’horizontale sur leurs mains blanches.

Quelques jours plus tard, je prend un bateau pour rejoindre une autre île plus au sud, dont le nom fut célèbre par le petit écran:  Koh Lanta. Je cherchais une île assez calme où l’on pourrait se rejoindre avec Nancy, mais qui conserverait encore un certain caché. Peine perdus, l’île est bien aménagée à présent, mais elle conserve encore certains coins plus « calme ».

Je rencontre sur le port un groupe de jeunes voyageurs du monde entier bien décidé à se rendre sur une plage, réputée « backpacker » voir hippie. Je me join à eux, partageant un Tuk-Tuk, pour nous faire déposer sur un sentier de terre, menant à un quartier de cabanons de bambous, bar et simple hôtels à 100m de la plage.

L’endroit me plait bien, bien que le tourisme y soit beaucoup plus développé qu’à Tonsai, je m’y sens comme dans un village de vacance… Mais en mode un peu camping. Pour accéder à la mer, il faut traverser une petite forêt et la muraille de bar, restaurant se succédant inlassablement sur les 4 km de la plage.

J’y dégusterai quelques excellents curies et rôties banane chocolat (sorte de crêpes versions thai) avant de finir sur l’irremplaçable coucher de soleil, qui j’avoue offrait à chaque soir une tombée du rideau variée…  Nancy me rejoint ici, pour se reposer les gambettes aprés la plongée. On y loue un scooter pour faire un tour de l’île. La côte est fut délaissée du tourisme n’ayant pas de plages aguichante, mais elle possède quelques villages de pêcheurs isolées remarquables. On s’y trouve une crique bien tranquille, à l’abri de la chaleur et presque seul au monde.

Le soir, une mousse arrose ces dernières soirées aux saveurs de fin d’été. Nous le savons, il est l’heure aprés cet intermède de bleu azur, il est temps de remonter dans le train.

thailand-tonsai-ralley-beach-koh-lanta-8

Suivant un vieux rêve, puisé quelque part dans l’enfance, nous visons les montagnes. Pas celles de Thailande non, bien plus loin, au nord, cette chaîne des dieux, ces montagnes épiques, touchant le ciel au nom d’Himalaya !

Oui, Nous partons pour le Népal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *