Skip to main content

Les piliers sur terre

Nous quittons l’île de Cat Ba en laissant derrière nous que de bons souvenirs. C’est le début des transports infernaux vers un peu plus de ces magnifiques piliers karstiques, mais cette fois ci les deux pieds sur terre. C’est à coup d’un autobus, d’un bateau, d’un autre autobus, d’un coin de trottoir et au moins un autre autobus, qui ne lâche pas le « pin pon pin pon » de klaxon, que nous arrivons exténué dans une ville bruyante et sans caractère.

On se fait harceler par les taxis et les proprios d’hôtels. On a juste envie d’un peu de paix… non, la sainte paix tout court. On s’éloigne de la gare, mais quelques tenaces nous suivent toujours. À bout d’énergie on leur donne une toute petite chance pour faire valoir leur discours de vendeurs. Un vietnamien se démarque du lot en nous disant que son petit homestay se situe en dehors de la ville. On craint l’arnaque, mais on tente le coup tout de même. Et hop, chacun sur un moto taxi avec sacs et sans casques, on file dans la circulation vers notre oasis de repos.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un vrai coup de cœur pour ce petit coin. On se retrouve dans un jardin magnifique avec maïs, fines herbes et bananiers. Les canards et les coqs se promènent près d’un petit étang au pied de notre balcon. Pour couronner le tout, une allée de bonzaï créé et aimé par le proprio. Une autre découverte qui rend cet endroit unique est le fait que ce soit tout nouveau, que trois mois se sont écoulés depuis son ouverture. Les habitants sont souriants, aimables et très accueillants.

Après avoir posé nos sacs dans un coin, nous nous lançons à la découverte du village de Thuong Nam. Nous déambulons dans les ruelles, nous disons bonjour comme on peut et nous croisons une petite dame. Nous sommes sous un carambolier, je regarde les fruits frais de cet bel arbre et c’est là que la dame prend Thomas par le bras et lui fait signe de grimper dans un poteau électrique douteux pour cueillir une carambole à sa douce. Ca s’est pas fait! Tant pis. Nous continuons notre chemin et derrière un portail grillagé un homme nous fait signe de la main, venez, venez! Pourquoi pas… On entre, on se regarde et on semble comprendre qu’on vient d’être invité à prendre le thé. Les tasses sont lavées simplement en transvidant un peu de thé de plus et hop, par terre, et hop, un peu plus et après 3 fois, la tasse est jugée propre pour les invités. On tente de communiquer, on rigole, on essaie des explications gestuelles et on pense parfois comprendre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
vietnam-tom-nana-voyage-nimh-binh-hang-mua-2-2
Un groupe de jeunes arrivent et c’est l’heure du déménagement, on mets les muscles de Thomas à l’œuvre, mais les femmes se tiennent un peu à l’écart, alors moi aussi! Un vieux présentoir réfrigéré est sorti de la maison et trimballé jusque chez grand-papa. On découvre un couple de vieillards, ils sont beaux et très fripé. Le grand-papa nous dit quelques mots en français, à notre grand bonheur. Voilà, une soirée authentique que nous nous rappellerons.

Avec tout ça, on oubli presque le pourquoi nous sommes venu a Nimh Binh. Au lever du jour, on commence par un jogging matinal dans la campagne. Ce sera une journée sportive. On emprunte des vieilles bécanes, le style parfait aux poignées arrondies et greyé d’un super panier sur le devant. On est parti vers les grottes de Trang an. Arrivé à bon port, on mets nos vélo sous la surveillance aguerris d’un gardien qui nous charge moins d’un dollar pour ses services. On s’embarque pour un tour d’environs une heure de demi à cheminer entre et sous les montagnes. Les paysages sont magnifiques, la barque rase l’eau propulsée par une pagailleuse plus que ambidextre, je dirais « ampiedextre », qui est aussi habile des mains que des pieds! Nous profitons bien des pics rocheux qui défilent et de la chaleurs des longues grottes. Le calme de l’endroit et le bruit reposant des simples rames dans l’eau rendent l’expérience zen et agréable.

vietnam-tom-nana-voyage-nimh-binh-hang-mua-1
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
De retour sur nos engins de la deuxième guerre, on circule dans des villages, à travers gens, poules et buffles. On se rend à la pagode de Hang Múa, un rocher pourvu de centaines de marches, plus ou moins au niveau, qui nous mènent à un superbe panorama de 360 degrés sur la rivière et la vallée. C’est superbe, surtout sous la soleil. L’eau rougeâtre contrastée avec les montagnes vertes qui se perdent à l’infini sur un horizon de plus en plus bleuté. À couper le souffle.

vietnam-tom-nana-voyage-nimh-binh-hang-mua-4
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De retour à la maison, on retrouve deux amis de la baie d’Halong pour une bonne soirée. On retourne dans les rues du village en quête d’authenticité et ce fût encore le cas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Infos pratiques:

Homestay An Phu
Village Thuong Nam
0166 7223 6668
Nous avons payé 10$/nuit

Grottes de Trang an 150,000 dông
Parking pour 2 vélos 15,000 dông

Pagode de Hang Múa 50,000 dông
Parking pour 2 vélos 7,000 dông

2 réponses à “Les piliers sur terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *